Représentations et mémorisations des nombres

Représentations et mémorisations des nombres

En se créant  des histoires à partir de suites de chiffres, il est possible de mémoriser durablement n’importe quel nombre (numéros de téléphone, digicodes, code de carte de paiement, etc.).

Suite de la série sur la représentation du savoir. Nous avons vu dans le précédent article qu’il existait plusieurs manières de se représenter le savoir et que chacune d’elle possédait ses forces et ses faiblesses. En guise d’illustration on va s’intéresser aux représentations des nombres et comment mieux les mémoriser.

Les nombres, dans l’usage courant servent à représenter la notion de quantité, d’ordre ou tout simplement d’identifiant (numéro de téléphone ou autre). Si le système indo-arabe (nombres de 0 à 9) s’est imposé par rapport à d’anciens systèmes comme les chiffres romains pour ses atouts (présence d’un zéro, système positionnel), nous devons convenir qu’il n’est pas très pratique pour la mémorisation. Alors comment faire ? Nous allons créer une représentation des nombres que notre cerveau arrive à retenir très facilement : les histoires.

Comment se créer une histoire à partir d’une suite de chiffres ? Il existe plein de méthodes différentes. L’une d’entre elles s’appelle le “Grand système” et a été inventée par Tony Buzan. Elle comporte trois étapes. Imaginons que vous vouliez retenir un digicode : 9538.

  1. Découper le nombre en groupe de deux chiffres: 95 et 38.
  2. Nous allons représenter ces deux nombres par un mot. Pour cela nous allons associer à chaque chiffre une consonne à l’aide du tableau ci-dessous et former un mot. Je vois que je peux associer le son [p] ou [b] au chiffre 9 et le son [l] ou [ye] au chiffre 5. Il faut donc trouver un mot qui comporte le son p (ou b) suivit du son l (ou ye). Pouvez vous en imaginer un ?
Chiffre 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9
Son z ou s d, t n m r l, y ch, j gue, ke f, v p,b

3. Imaginer une histoire reliant les mots représentant les nombres. Plus l’histoire est loufoque, étrange et fera intervenir de sens (visuel, auditif, toucher, etc.) plus elle sera mémorisable.

Ainsi, pour ce digicode, je m’imagine une poule (95) barbotant dans une mare (34) devant la porte de chez mon ami et je suis certain de me rappeler du code.

Quelques remarques :

  • Il n’est pas nécessaire d’apprendre toutes les associations de mots et d’images entre 0 et 99 à l’avance. Je me contente de chercher une association quand j’en ai besoin.
  • En revanche il est nécessaire d’apprendre le tableau ci-dessus. Quelques astuces : 0 commence par un z. Le “t” s’écrit avec 1 barre verticale. Le n possède 2 barres verticales. Cela vient avec la pratique, vous pouvez vous imprimer le tableau !
  • Si vous avez des nombres auxquels vous avez déjà associé du sens, vous pouvez les utiliser à la place du système syllabique. Par exemple, ayant effectué mes études dans l’Isère (38) j’imagine un fleuve, l’Isère plutôt qu’un nombre correspondant au système syllabique.

Exercices :

  • Retenir le numéro de téléphone de votre meilleur ami (ça sert toujours en cas de panne de téléphone).
  • Votre numéro de carte de paiement (attention aux achats compulsifs sur internet 🙂 )
  • Le digicode de l’un de vos amis.

Il existe de nombreuses autres méthodes. Le livre “Une mémoire infaillible” de Sébastien Martinez, champion de France de la mémoire détaille d’autres techniques que nous explorerons dans la suite de cette série d’articles. Par ailleurs, un groupe meetup “apprendre à apprendre” a été créé à Paris et consacré à ce genres d’approches.

Nous avons vu que représenter les nombres sous forme d’image et d’histoire permettait de les retenir bien plus facilement. On se rend évidemment  compte que d’essayer de multiplier  une “poule” par “maman” ne vous aidera pas à deviner le résultat de 33 * 95 : à chaque représentation son utilité.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *