Archives de
Étiquette : confiance en soi

6 livres pour se chouchouter cet hiver

6 livres pour se chouchouter cet hiver

Le froid arrive, et avec lui, les envies de se lover sous un plaid avec un bon thé chaud. Pour ceux qui aimeraient accompagner ces doux moments d’un bon livre de développement personnel, j’ai sélectionné 6 livres qui m’ont été utiles dans mon avancée.
Pensée positive, philosophie, spiritualité, il y en a pour tous les goûts!

 

  • L’alchimiste de Paolo Coelho

Un classique! C’est l’histoire d’un berger andalou qui rêve de voyages et de découvertes. Nous le suivons dans sa quête personnelle, au fil de ses aventures et de ses rencontres. Lorsqu’il rencontre l’alchimiste dans le désert, celui-ci va lui apprendre à écouter et voir le monde avec son coeur. Ce livre très poétique, nous donne des ailes pour nous aussi suivre nos rêves!

 

  • Plaidoyer pour le bonheur de Matthieu Ricard

Matthieu Ricard apporte dans ce livre la vision du bouddhisme sur le bonheur, en la comparant notamment à notre version occidentale. Il présente également certaines études scientifiques, entre autres sur la méditation. Le but de ce livre est de nous donner des pistes de réflexion sur le possible mal-être, les émotions, le mental, l’altruisme, la résilience et clés pour trouver ce véritable bonheur à l’intérieur de soi, et non à l’extérieur.

 

  • 3 kifs par jour de Florence Servan-Shreiber

Florence Servan-Shreiber nous parle de son quotidien, de ses questionnements et de ses découvertes pour mieux savourer la vie. Elle en a tiré une pratique. Le principe? Le soir avant d’aller se coucher, lister les trois meilleures choses de notre journée. Qu’elles soient petites comme un sourire dans la rue, ou grandes comme l’obtention de votre diplôme, peu importe! L’idée ici est de se concentrer sur ce qui nous rend heureux, de voir le verre à moitié plein et de cultiver notre bonheur.

 

  • Soufi mon amour de Elif Shafak

Soufi mon amour est le récit de deux histoires qui se déroulent en parallèle, à deux époques différentes. La première, celle d’Ella, une femme à la vie de famille confortable, qui devient lectrice pour des manuscrits avant leur parution. La seconde, celle du poète Rumi et de sa rencontre avec le célèbre derviche soufi, Shams de Tabriz. Entre philosophie et spiritualité, ce livre nous emmène dans un voyage passionnant qui nous aide à nous poser des questions sur nous-même et sur ce qu’est l’amour véritable.

 

  • La maîtrise de l’amour de Don Miguel Ruiz

Basé sur les enseignements toltèques, ce livre nous délivre des clés pour mieux vivre la relation à soi et aux autres. Il met en lumière ce qui peut nous faire obstacle, comme les blessures d’enfance ou les croyances limitantes, sources de peurs et de relations déséquilibrées. Il nous donne, grâce à des images et des références à la nature, des pistes pour guérir ces blessures émotionnelles et (re)devenir libre d’être nous-même, en accord avec ce qui nous entoure.

 

  • A l’écoute de votre 6° sens de Sonia Choquette

Destiné aux personnes qui aimeraient des conseils pour se faire confiance et écouter leur intuition, ce livre nous donne des conseils et des exercices pratiques à faire semaine après semaine pour y arriver. Drôle et accessible à tous!

 

En espérant que ces livres puissent vous inspirer,
Bonne avancée et bonne lecture! 🙂

Maintenant, je me fais confiance

Maintenant, je me fais confiance

Au premier abord, la notion de “confiance en soi” peut paraître abstraite, galvaudée ou nous rappeler un camarade d’école qu’on trouvait prétentieux ou grande gueule…
La confiance en soi dont j’aimerais vous parler, c’est celle qui vient du coeur et qui se passe entre nous et nous-même. Elle est juste. Ni trop grande, ni pas assez développée. Je vous la présente dans cet article.

 

Selon Patrice Ras, coach en développement personnel, la confiance en soi correspond au sentiment de sécurité intérieure que l’on éprouve vis-à-vis de nous-même. Ce sentiment satisfait le besoin de sécurité que nous possédons tous et nous permet, entre autres, de prendre des décisions, d’entreprendre, de changer, d’oser ou de s’affirmer.

Selon moi, elle est également intimement liée à l’écoute de nos ressentis ou intuitions et à la satisfaction de nos besoins et valeurs. Plus on se respecte, plus on se fait du bien, plus on peut se faire confiance. Nous sommes en effet notre premier allié. Nous sommes la personne la mieux placée pour nous protéger et savoir ce dont nous avons besoin.
La confiance en soi représente aussi la conscience des ressources et capacités que nous possédons en nous pour gérer toutes les situations. Libre de toute idée de prétention, de démonstration ou de comparaison à l’autre, (qui en général sont plutôt synonymes de mal-être déguisé), elle se résume à faire confiance à ce que l’on est en cet instant.

 

Qu’est-ce qui peut nous empêcher de nous faire confiance?

 

Les sources peuvent être variées et les peurs en font une grande part. Nos peurs conscientes ou inconscientes peuvent être un frein vers la confiance en soi au quotidien. Peur de gêner, peur de ne pas être capable, de ne pas être à la hauteur, peur de rater, peur de réussir, peur de ne pas être assez, etc. Ce qui peut nous mener à une attitude passive, de non-action pour éviter d’être confrontés à ces peurs et à leurs possibles conséquences.

Les peurs sont un outil précieux de notre instinct de survie. Elles nous permettent d’envisager les situations risquées pour nous, de nous y préparer ou de changer de cap avant qu’elles n’arrivent. Fruit de croyances acquises de nos expériences traumatisantes, de l’inconscient collectif ou familial, ces peurs sont cependant souvent infondées. En effet, la situation redoutée n’existe pas. Alors remercions ces peurs pour leur aide, et décidons de nous faire confiance 🙂

 

“Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, mais parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles” Sénèque



Qu’est-ce qui peut nous aider à ressentir plus de confiance en soi?

Voici quelques idées:

  • 1-Voir ses craintes

          2-Accepter ses craintes

          3-Comprendre ses craintes

        4-Les laisser partir avec amour et indulgence, en se rassurant, comme on rassurerait un enfant.

  • S’observer et identifier le plus objectivement possible ses forces et ses points à améliorer. Se voir en conscience, dans notre entièreté et faire confiance à toutes ces forces qui nous habitent.

 

  • Créer l’expérience. Cette notion d’expérimentation aide à installer le sentiment de sécurité en soi. “Je l’ai déjà fait et plus je le fais, plus je me sens en confiance.”

 

  • Si nous souhaitons atteindre un objectif, s’assurer qu’il est: précis, mesurable, atteignable et ambitieux, réaliste et limité dans le temps. Et le réaliser! Mais aussi être en accord avec nos valeurs et ce qui nous fait plaisir. Chacun est acteur et seul responsable de sa vie.

 

  • Noter: Noter nos expériences réussies et nos réalisations pour garder en tête ce dont nous sommes capables et se souvenir du chemin parcouru. Tout le monde passe par un processus d’échecs et de réussites. Cela fait partie de l’apprentissage et crée de multiples opportunités.

 

  • Demander aux autres comment ils nous voient. Avoir un avis extérieur sur nous peut aussi nous apprendre beaucoup sur l’image que l’on renvoit. On peut également vous rappeler des réussites passées!

 

  • Rester fidèle à soi, se respecter et faire respecter ses valeurs et ses besoins tout en respectant les autres. La fidélité envers nous-même est une clé pour se faire confiance.

 

  • Être son premier soutien, comme pour son meilleur ami!

 

  • S’autoriser à contredire les croyances limitantes ou les peurs acquises (environnement, enfance, société,…). Ex: “On est nuls en maths dans la famille”, “Il faut souffrir pour réussir”, “Je n’arriverai jamais à écrire un livre, c’est réservé aux vrais auteurs”, etc.

 

  • Être patient, indulgent et bienveillant avec soi dans ce cheminement.

 

  • Et se féliciter!

 

 

Développer cette confiance en soi sincère et harmonieuse, tend à court-circuiter toute comparaison à l’autre. C’est une histoire entre nous et nous-même. Et finalement, les changements que l’on fait à l’intérieur se reflètent petit à petit à l’extérieur. Notre relation à ce qui nous entoure se retrouve indirectement changée.
J’espère que ces propositions vous seront utiles comme elles me sont utiles dans le cheminement vers mon coeur.

Bonne route! 🙂

Chloé

 

Références:

 

Patrice Ras “Estime de soi, confiance en soi et amour de soi”, Jouvence, 2013

 

Oser montrer qui nous sommes

Oser montrer qui nous sommes

 Vous êtes-vous déjà trouvés dans une situation où vous souhaitiez exprimer votre désaccord ou une opinion contraire, et où vous êtes restés muets?

Dans cet article, je souhaite aborder l’affirmation de soi et comment y parvenir, à partir de ce qui m’a aidée dans mon expérience personnelle.

J’ai toujours vécu des situations dans lesquelles j’avais du mal à me montrer à 100% telle que je suis profondément. Alors que ce soit pour faire bonne impression, être appréciée, ou être tranquille, j’ai mis en place dans l’enfance un système de défense qui est vite devenu inconscient. Cela peut se traduire par exemple par dire oui à tout (ou presque) pour faire plaisir, acquiescer pour éviter d’être en opposition, trop arrondir les angles,…

Ce système a marché un temps. Depuis quelques années, je m’attèle à le déconstruire pour être plus vraie envers moi-même et les autres à chaque instant.

 

Alors comment fonctionne ce système de défense?

 

Ce système peut se traduire de différentes manières, voici quelques exemples (non exhaustifs) où je me mets dans la peau du personnage 🙂

Il y a le genre de situation où une personne extérieure tient à donner un conseil, qu’elle estime être “pour notre bien”. Sachant très bien que cela ne convient pas, ou ne va pas nous servir, plutôt que de couper gentiment en disant “je te remercie pour ton intérêt/ton conseil, seulement je préfère procéder différemment”, on a parfois tendance à valider en disant “Ah oui c’est une bonne idée, merci”. Ce qui peut d’autant plus relancer la personne qui, ravie de nous aider, va continuer à expliquer combien c’est une super idée pour nous.

Une autre exemple de situation, lors d’une conversation. Nous entendons souvent des propos qui sont contraires à nos convictions ou nos expériences, et plutôt que de proposer un échange, un autre angle de vue, nous allons rester silencieux ou trop arrondir les angles pour ne pas contredire l’autre de peur de déclencher un conflit.

Enfin, une autre situation serait que nous n’avons pas envie de participer à un événement mais nous y allons quand même!

Inconsciemment, ce sont plusieurs peurs qui s’expriment. Notamment: la peur de blesser l’autre, la peur de le rejeter, la peur d’être rejeté ou critiqué, la peur de l’abandon, ou finalement la peur de se retrouver tout seul sans amour. Ces croyances inconscientes sont basées sur des blessures passées et se manifestent aujourd’hui sous forme de réactions infondées ou disproportionnées.

 

En quoi ce fonctionnement nous est-il finalement défavorable?

 

Cela nous est finalement défavorable, dans la mesure où:

  • Nous “achetons la paix sociale” en reniant ce que nous sommes réellement, nos désirs, nos motivations et nos besoins

Il est essentiel pour chacun de répondre à ses propres besoins et désirs.

Si l’on s’en coupe pour le bien-être de l’autre (que l’on suppose ayant besoin de ça de notre part), quelque part on se trahit et on se réfrène.

  • A force de jouer au caméléon, on peut aussi se demander quelle est notre vraie identité? Qu’est ce que j’aime vraiment? Qu’est ce que je n’aime pas?

De quoi j’ai envie?

Le risque est de se laisser prendre par les désirs des autres, de se détourner de ses propres objectifs. Chacun mérite de se respecter et respecter ce qui se passe en lui pour se donner les moyens de vivre heureux et épanoui, pour lui.

  • Cela peut mener à la construction de relations bancales

Finalement toujours s’adapter à l’autre fait que les relations construites sont souvent déséquilibrées. Est-ce que cette relation me nourrit vraiment? Est-ce que je me sens libre? Est-ce que cette personne me connaît et m’aime pour qui je suis?

  • Nous pouvons nous freiner pour ne pas blesser les autres

Il y peu aussi y avoir une forme d’orgueil dans la peur de trop s’affirmer. Comme si nous avions peur de rayonner, de peur que cela insécurise ou écrase les autres.

Cette idée est parfaitement décrite par le texte de Marianne Williamson (1). Personne ne nous a demandé de nous freiner. C’est à nouveau une façon d’anticiper ce dont l’autre a besoin pour se sentir bien. Nous brider ne nous rend pas service et ne rend pas non plus service à ceux qui nous entourent.

 

Comment travailler sur nous et nous en libérer?

 

Voici quelques idées qui m’ont aidée sur mon chemin:

  • Prendre du temps pour soi et avec soi pour clarifier notre identité

Qu’est ce que j’aime ou n’aime pas? Qu’est ce que je pense de telle chose? Quels sont mes besoins? De quoi j’ai envie? Qu’est-ce que j’accepte ou pas? Quelles sont mes priorités?

Est-ce que ces réponses sont les miennes ou est-ce que je les ai apprises? (éducation, société,etc.) Pour qui, ou pour quelle raison, est-ce que je fais telle chose?

Ces réponses peuvent évidemment changer au fil du temps, nous pouvons nous repositionner à tout moment.

  • Quand on nous propose une activité, un conseil, une idée, …

Qu’est ce que je pense de ça dans le fond? Est-ce que ça me donne envie? Est-ce que c’est en accord avec ce dont j’ai envie pour moi?

Et réaliser que si nous disons non, nous ne le disons pas à une personne mais à une idée ou une proposition. Aussi, nous ne sommes pas responsables des émotions de la personne à qui nous allons dire non, ni de sa réaction. Si elle se vexe, par exemple, c’est son droit et ce choix lui appartient.

(Dans cet article, je parle de comment mieux se dire les choses.)

  • Osons!

Osons chaque jour faire ce qui nous remplit de joie, que ce soit des détails ou de grandes étapes, sans penser au regard extérieur.

  • Donnons nous de l’amour

Donnons de l’amour à toutes les facettes de notre personnalité, nos qualités comme nos défauts, ainsi qu’à toutes les parties de notre corps pour les accepter comme constituant tout ce que nous sommes.

  • Accordons nous le droit de rayonner qui nous sommes

Nous pouvons très bien rayonner qui nous sommes en harmonie avec ceux qui nous entourent. Nul besoin de se comparer aux autres. La comparaison accentue l’idée de manque et de non amour de soi. Nous sommes assez, nous possédons tout ce dont nous avons besoin en nous-même. Chacun a des qualités merveilleuses et chacun est unique.

  • Acceptons le rythme dont nous avons besoin

Respectons notre rythme d’avancement et acceptons avec indulgence qu’il y aura peut-être des rechutes sur le chemin, peut-être pas!

  • Félicitons nos avancées!

Célébrerons chaque avancée, grande ou petite, sur le chemin de l’affirmation de soi.

  • Quelques idées de lecture:

Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même, Lise Bourbeau

Estime de soi, Confiance en soi et amour de soi, Patrice Ras

Le bonheur d’être soi, Moussa Nabati

La maîtrise de l’amour, Don Miguel Ruiz

Les mots sont des fenêtres, Marshall Rosenberg

 

Finalement, c’est en cheminant vers l’amour et l’acceptation de soi que nous pourrons progressivement nous montrer tels que nous sommes au monde. Et c’est là le départ vers une belle aventure 🙂

 

Références:

(1) http://www.imagesetmots.fr/pages/litterature/notre_peur.html

 

Comment être mieux dans ses baskets? (#1- L’ancrage)

Comment être mieux dans ses baskets? (#1- L’ancrage)

 

Vous aimeriez être plus confiant? plus serein? mieux organisé? Je vais vous révéler le secret… l’ancrage!
Dans ce premier article de la série “Comment être mieux dans ses baskets?”, je voudrais vous parler de l’ancrage. C’est un terme qui revient de plus en plus dans les articles ou livres de développement personnel, spirituels ou dans les méditations guidées, mais qu’est-ce que c’est?

Être ancré ou être enraciné, c’est une façon de dire que nous sommes centrés et présents dans l’ici et maintenant. C’est être serein, les deux pieds dans le présent. C’est un état qui peut être soumis aux stimulations alentours et qui peut être troublé ou renforcé à tout moment de la journée (ex: notre environnement, une émotion, une rencontre, une remarque…). L’image de l’arbre est très souvent utilisée en ce qui concerne l’ancrage. Ainsi, comme l’arbre, plus nous sommes profondément enraciné dans la terre, plus nous serons stables face aux situations de la vie qui peuvent nous bousculer.
L’ancrage est une fondation, qui permettra une construction plus stable et durable de notre développement personnel et de notre bien-être.

 

Quels sont les bénéfices?

Ci-dessous quelques exemples de bénéfices ressentis:

  • Être plus serein, en paix
  • Être plus confiant
  • Être plus volontaire, persévérant
  • Être plus concentré, organisé
  • Être conscient de ses ressources, de ses forces, mais aussi des points qui peuvent être améliorés
  • Se sentir protégé, en sécurité
  • Prendre plus de recul sur les situations
  • Vivre dans le moment présent
  • Être moins en proie à ses peurs ou au stress
  • Sortir de nos pensées, de l’imaginaire

 

Comment savoir si nous sommes ancrés?

Les sensations physiques dépendent de chacun, mais les plus communes sont:

  • Une sensation des pieds cloués au sol
  • Une sensation de chaleur ou de bien-être dans le ventre
  • Une sensation de pouvoir tout faire
  • Une sensation de légèreté et de joie

 

Comment savoir si nous ne sommes pas ancrés?

En général, nous pouvons remarquer que nous ne sommes plus ancrés lorsque:

  • On rumine (par ex: on pense au futur avec anxiété, on repense au passé avec nostalgie)
  • On a la tête ailleurs (“à l’ouest” le plus souvent)
  • On se laisse emporter par nos peurs (sécurité, manque d’argent,…) ou par le stress
  • On s’emporte plus facilement
  • On est maladroit

 

Comment s’ancrer facilement?

Il existe plusieurs façons de nous ancrer plus facilement, la plupart étant en lien avec le corps. En effet, c’est un moyen de reprendre contact avec la matière et d’être plus dans le moment présent.
Par exemple: pratiquer des activités physiques (sport, marche,…) ou des activités manuelles (bricolage, dessin,…), faire le ménage, être dans la nature, boire ou manger sont de très bons moyens rapides de s’ancrer.

 

Exercice

Comme je vous le disais plus haut, l’image de l’arbre est très souvent utilisée en ce qui concerne l’ancrage. Je vous propose donc cette visualisation pour commencer votre journée:

Centrez votre attention dans votre corps (vous pouvez fermer les yeux),
Descendez au niveau de vos pieds,
Sentez ou imaginez des racines pousser sous vos pieds,
Elles s’enfoncent profondément dans une terre rouge,
Elles sont épaisses et robustes,
Elles descendent de plus en plus bas, jusqu’au centre lumineux de la terre,
Là, à chaque inspiration sentez l’énergie du centre de la terre remonter en vous,
A chaque expiration, remerciez la terre pour son aide,

Vous êtes maintenant un arbre stable et robuste! Je vous laisse imaginer quel arbre…

 

Vous pouvez répéter l’exercice autant de fois que vous vous sentirez “désancré” dans la journée.

Je serais ravie de recevoir vos retours d’expérience 🙂

Le verre à moitié vide ou à moitié plein? Le pouvoir des mots

Le verre à moitié vide ou à moitié plein? Le pouvoir des mots

smily-coffee

Il y a quelques semaines j’écrivais sur les affirmations positives comme outil de changement en douceur. Que diriez-vous, cette semaine, de prêter attention aux mots qui vous traversent?

Être attentif aux pensées et aux mots que nous employons, nous permet de changer notre perception de nous-même ou de ce que nous vivons. Et donc, être acteur de notre bien-être.

Pour vous faire une idée:

  • Nous prononçons environ 16 000 mots par jour (1)
  • Nous produisons 60 000 pensées par jour
  • 95% de ces pensées sont identiques à celles de la veille
  • Et 80% sont négatives (2)

Imaginez! Que l’on voie le verre à moitié vide ou à moitié plein, ces mots entendus et pensés à longueur de journée, peuvent avoir un impact énorme sur notre inconscient et notre corps.

L’impact des mots sur la santé physique et mentale

Une étude américaine (3) a récemment indiqué que les mots positifs ou négatifs ont le pouvoir d’influencer les gènes qui régulent le stress physique et émotionnel dans notre corps. Les mots « négatifs », selon moi, sont des mots qui nous minimisent, nous dénigrent ou nous jugent sévèrement. A l’inverse, je considère les mots « positifs » comme des mots bienveillants qui nous encouragent et nous félicitent de façon constructive.

Voici les effets lorsque nous utilisons des mots négatifs:

  • Diffusion des hormones du stress (cortisol, adrénaline, ocytocine,…) dans notre système
  • Obstruction au bon fonctionnement des centres logiques et de raisonnement
  • Développement d’émotions comme la suspicion et le doute
  • Émergence de problèmes de santé

La colère par exemple, entraîne une hausse de la pression sanguine, une augmentation du stress, de l’anxiété et des migraines. Un crise de colère de 5 minutes peut induire un tel niveau de stress que cela peut réduire l’activité du système immunitaire pour plus de 6h et mener vers des problèmes de santé plus importants tels que des crises cardiaques. (4)

« Le cerveau traite les mots comme les sensations physiques. Une insulte est ressentie de la même façon qu’une gifle.” Nouvel Inconscient, Lionel Naccache (5)

Voici les effets qui apparaissent lorsque nous utilisons des mots positifs:

  • Amélioration du fonctionnement du cerveau et des raisonnements
  • Stimulation de la motivation, transformation des intentions en actes
  • Perception du bon chez soi et les autres
  • Augmentation du sentiment de bonheur et de bien-être

De plus, les Hommes étant des êtres empathiques et les émotions étant contagieuses, l’impact sur ceux qui nous entourent est constant. Ainsi, nos relations aux autres peuvent également influencer notre santé physique et mentale: expression corporelle, posture, ton, vocabulaire et mentalité se synchronisent (4).

Alors que choisissez-vous?

Si vous souhaitez utiliser plus de positif, prenez un temps pour observer ces pensées et ces paroles qui vous traversent.

1-Evitez:
  • Ce qui vous dévalorise: “Je suis nulle”, “bête”, et autres
  • Ce qui vous minimise: “Je ne suis pas assez jolie”, “Je ne suis jamais écoutée”, “J’ai réalisé un petit projet”, « Je n’ai rien fait aujourd’hui »,…

Quel intérêt avez-vous à vous flageller? Cela vous rend-t-il meilleur?

2- Créez plutôt vos habitudes, vos rituels pour voir le verre à moitié plein!

Par exemple:

  • Pensez ou écrivez au moment du coucher vos 3 meilleurs moments de la journée (6)
  • Remplacez les phrases à éviter ci-dessus par des phrases positives (ex: Je suis intelligente, Je suis drôle, Je suis capable de tout faire,…)
  • Nommez au moins 5 qualités que vous possédez ou demandez à votre entourage quelles sont vos plus grandes qualités selon eux
  • Acceptez les compliments que l’on vous fait!
  • Félicitez-vous pour ce que vous avez pu réaliser, les grandes comme les petites choses
  • Créez un carnet de gratitude et listez régulièrement ce pour quoi vous êtes reconnaissant dans votre vie
  • Donnez au moins une chose chaque jour (un sourire, un mot, une pièce, un regard,…)

Cela vous permettra de voir le positif dans votre vie, d’éprouver davantage d’estime et de satisfaction personnelle.

« Sois attentif au mot, le verbe est créateur” Dialogue avec l’ange, Gitta Mallasz (7)
3- Usez d’autodérision et relativisez!

“La carte n’est pas le territoire”! La représentation que nous nous faisons de la réalité n’appartient qu’à nous. Elle n’est pas la restitution exacte de ce qui a pu arriver. Elle réside dans notre interprétation, filtrée par nos convictions, notre histoire personnelle, ou nos valeurs. Pour un même événement, il existe une multitude d’interprétations et de représentations possibles (8). Il s’agit donc de prendre du recul et voir ce qui nous arrive sous un autre angle!

Les mots ont le pouvoir de changer notre perception de la réalité, autant nous en servir pour créer ce qui nous fait du bien… 🙂

Sources:

(1) Le nombre de mots prononcés par jour

(2) Marci Shimoff, Heureux sans raison (2009) et  Le bonheur s’apprend (2011)

(3) Les mots restructurent le cerveau

(4) Les mots négatifs et la santé

(5) Lionel Naccache,  Nouvel Inconscient (2009)

(6) Florence Servan- Schreiber, 3 Kifs par jours (2014)

(7) Gitta Mallasz, Dialogue avec l’ange (1994)

(8) Anthony Robbins, Pouvoir illimité (2008)

Les affirmations positives: “Dream. Believe. Do. Repeat.”

Les affirmations positives: “Dream. Believe. Do. Repeat.”

kaboompics-com_pencil-for-writing-love-letters

Nous pensons parfois qu’il est difficile de changer, que c’est compliqué ou que nous sommes juste “comme ça”. Et pourtant! Les affirmations ou autosuggestions positives représentent un outil idéal pour nous aider à instaurer un changement en douceur.

Le principe des affirmations positives revient à se répéter des phrases qui évoquent le changement souhaité et à percevoir ce changement comme effectif avant même qu’il ne soit survenu dans notre vie. Ce principe est millénaire, puisque dans la Bible déjà, Jésus disait à Marc: Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu, et vous le verrez s’accomplir”(1).

Dream: Imaginer la meilleure version de nous-même

Antti Revonsuo, un chercheur finlandais, a démontré que le cerveau utilise le rêve et l’imagination pour s’entraîner à vivre de nouvelles situations, d’y être préparé et de déclencher les réactions désirées. Comme pour la répétition d’une pièce de théâtre (2)! En parallèle, en 2012, une étude a révélé que le sourire pouvait réduire l’intensité du stress sur le corps peu importe que l’on soit réellement joyeux ou pas. Immergés dans des situations stressantes, les chercheurs ont comparé un groupe à l’expression faciale neutre, et un groupe qui devait sourire durant ces activités. En état de stress, le rythme cardiaque de ceux qui avaient souri était plus bas que celui des autres (3). Ici, un super explicatif animé (4)!

L’intérêt est donc de pouvoir se reprogrammer pour mieux utiliser notre potentiel et aller vers la meilleure version de nous-même. Cela nous demande néanmoins d’avoir en amont un regard lucide sur nos points possibles d’amélioration, nos peurs ou nos pensées limitantes. Les bénéfices peuvent se traduire à tous les niveaux, comme par exemple, ressentir plus de confiance en soi, se décider à faire le métier de nos rêves ou accepter notre corps.

Believe, Do, Repeat: Combiner émotion et action

Voici donc quelques conseils pour utiliser les affirmations positives au quotidien:

Affirmations positives, mode d’emploi en vidéo!

1- Listez vos souhaits (max 10 pour commencer)

Lors de la rédaction, prêtez attention à votre formulation!

  • L’affirmation est toujours formulée au positif! En effet, le cerveau retiendra en priorité les mots employés. Je vous conseille donc de préférer la formulation “je suis pour la paix”, que “je suis contre la guerre”.
  • Préférez également des phrases courtes et simples (sujet, verbe, COD), au présent, en utilisant “Je”.
  • Mettez l’accent sur le résultat souhaité (dire “je suis en pleine santé” et différent de dire “je veux être en pleine santé”. Dans le deuxième cas, vous vous maintenez dans une position de désir de ce que vous n’avez pas).

ex: Je fais un travail qui m’épanouit

2- Ressentez!

L’autre élément essentiel est de ressentir l’émotion qui va avec votre autosuggestion. Que ressentiriez-vous si …?

ex: Je fais un travail qui m’épanouit

  • Imaginez-vous épanoui au travail: En quoi est-il différent d’aujourd’hui? Quelles sont vos relations avec vos collègues? Quelles sont vos sensations physiques? Quelles sont vos émotions? Quelles sont vos pensées? Quelle est votre attitude?

Restez quelques minutes dans cette sensation pour mieux la mémoriser.

3Répétez!

Chaque jour, répétez ces affirmations autant de fois que vous le sentez nécessaire. Votre cerveau sera donc préparé à déclencher les réactions idéales!

4Soyez convaincu que cela est arrivé.
N.B: L’exemple “Je fais un travail qui m’épanouit” sous-entend que ce soit pour être plus épanoui dans votre travail actuel ou aller vers un travail qui vous correspond plus. Toutes les possibilités sont ouvertes!

Pour vous guider dans cette pratique, il existe plusieurs ouvrages dont ceux de Louise Hay: Transformez votre vie ou 21 jours pour maîtriser les affirmations, et de Stuart Wilde: Miracles.

A vous de jouer! 🙂

Sources:

(1) Marc 11 : 22 Jésus prit la parole et leur dit: (…) et s’il ne doute point en son cœur, mais croit que ce qu’il dit arrive, il le verra s’accomplir. C’est pourquoi je vous dis: Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu, et vous le verrez s’accomplir. »

(2) L’utilité du Rêve (science-et-vie.com)

(3)Le sourire éloigne le stress (psychologicalscience.org)

(4) Le pouvoir de faire « comme si » (Richard Wiseman)