Archives de
Auteur : admin

Cédric devrait il toujours s’écouter ?

Cédric devrait il toujours s’écouter ?

Dans cet article nous vous présentons une méthode appartenant à la famille des TCC, où la raison devient l’alliée des émotions dans la quête du bien être. Surprenant alors que ces deux concepts sont très souvent mis à dos à dos.

A l’annonce des résultats du Bac, Cédric ne se voit pas dans la liste des admis. Une déception naturelle s’empare de lui “Je n’ai pas réussi à obtenir mon bac, j’aurais dû travailler un peu plus…” se dit il tout attristé.

Lire la suite Lire la suite

Le corps et le mental : Les vertus du sport pour l’esprit

Le corps et le mental : Les vertus du sport pour l’esprit

En plus d’être bon pour la santé, le sport et l’activité physique ont des effets bénéfiques contre la dépression modérée ou l’anxiété.

Après une séance de sport, comment vous sentez vous ? Sans doute essoufflé mais aussi très bien, non ? Vous êtes-vous déjà dit, “Ah! ça me fait tellement du bien, je devrais en faire plus souvent” ou “Ah j’avais oublié combien ça me faisait du bien, j’aurais du en refaire avant”.

On le sait tous, le sport c’est bon pour la santé. Même si on peut l’occulter quand vient le moment de la fameuse séance qu’on avait programmé. Ce que l’on sait moins c’est que les vertus du sport et de l’activité physique vont au delà du corps pour améliorer notre mental et notre moral.

Ainsi, l’activité physique est efficace contre la dépression légère à modérée, l’anxiété. Elle permet la réduction du taux de cortisol, hormone sécrétée liée au stress. L’intensité de l’activité est sujette à débat, mais même pour une activité à faible intensité les symptômes dépressifs peuvent diminuer (30 % du groupe d’une étude pratiquant une activité à faible intensité avait vu ses symptômes dépressifs régresser).

La pratique de la danse est aussi très bonne pour retarder la maladie d’Alzheimer et de Parkinson. En effet, la danse fait appel à modalités sensorielles : l’écoute, la vue, le toucher et la synchronisation. C’est de plus une activité sociale laquelle est aussi bénéfique pour le mental.

Malheureusement quand on est pas bien mentalement, on a parfois tendance à refuser de faire les choses qui nous permettraient d’aller mieux, tombant dans un cercle vicieux : On sait qu’aller voir ses amis nous ferait du bien mais on a pas envie, on sait (après cet article) que faire du sport nous ferait du bien mais on ne trouve pas forcément l’énergie. Voilà quelques pistes pratiques pour s’y mettre :

  • Si vous faites un trajet régulièrement (pour aller au travail par exemple), profitez des trajets de retour pour rentrer en vélo, à pied ou en courant. Si le trajet est trop long, vous pouvez utiliser les transports en commun sur une partie du trajet et faire l’autre en marchant, en courant ou par votre moyen de déplacement préféré (vélo, roller, etc.)
  • Faire du sport avec un ou plusieurs amis. Parfois, seul on a pas envie mais le fait d’être accompagné nous motive grandement. Si vous êtes dans une mauvaise passe, demandez à la personne de vous pousser à en faire.
  • Cherchez un sport qui vous plaît et pratiquez le à la hauteur de vos capacités.
  • Si vous voyez un thérapeute, demandez lui d’établir avec vous un programme qui vous aidera à passer à l’action.
  • Vous pouvez aussi voir votre séance de ménage comme de l’activité physique !

 

Pour en savoir plus vous pouvez consulter le dossier consacré à ce sujet du magazine Cerveau et Psycho de Mars 2017.

Bibliographie : Cerveau et Psycho Mars 2017

http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/01/18/les-francais-ne-pratiquent-pas-assez-d-activites-physiques-ou-sportives_5064916_3244.html

Influences : Sommes-nous les maîtres de nos décisions ?

Influences : Sommes-nous les maîtres de nos décisions ?

Saviez-vous qu’un bon repas ou une question innocente peuvent influencer votre comportement ?

Vous êtes dans la rue, il fait un temps radieux et vous vous baladez tranquillement dans les rues de votre ville. Soudain, vous êtes interpellé : “Pourriez vous m’indiquer l’heure s’il vous plaît ?”. “Bien sur,  il est 16h30” lui répondez vous tout en vous apprêtant à poursuivre vos flâneries. Néanmoins une seconde question suit immédiatement : “Merci et vous n’auriez pas une pièce pour moi ?” Si l’histoire ne révèle pas votre décision finale, des travaux en psychologie indiquent que vous répondrez positivement à cette demande plus souvent que si elle avait formulée toute seule.

Il s’agit là d’une technique appelée “pied dans la porte” et qui consiste à  Formuler une première demande insignifiante, qui sera très souvent acceptée, pour préparer à la véritable demande. Cette dernière aura alors jusqu’à 40% de chance en plus d’être acceptée. La « porte au nez » est une technique similaire : Faire une première demande qu’on sait trop coûteuse pour être acceptée pour ensuite  présenter la véritable demande qui aura aussi plus de chance d’être acceptée.

Ainsi, si nous pensons bien souvent être le maître de nos décisions, de nombreux facteurs influencent nos comportements. Ces facteurs sont étudiés dans le cadre de la psychologie sociale et l’économie comportementale. Voilà quelques autres exemples.

De nombreux philosophes se sont âprement querellés pour savoir si l’homme était bon ou mauvais. Une étude parue récemment révèle qu’en tout cas, nous sommes davantage honnêtes le matin que le soir.

Notre estomac a aussi son mot à dire sur nos comportements. Ainsi les hommes affichent une préférence plus grande pour les femmes enrobées avant un repas qu’après. Les femmes, quant à elles accordent moins d’importance au statut social de l’homme après avoir mangé qu’avant. Nous sommes aussi plus enclins à accepter des requêtes une fois repu. Enfin, le manque de sucre (hypoglycémie), rend davantage agressifs.

Les deux derniers phénomènes peuvent s’expliquer par la considération suivante : Les comportements moraux nécessitent davantage d’énergie au cerveau car il lui faut à la fois promouvoir le comportement bienveillant et inhiber les mauvais. Or en fin de journée ou en cas d’hypoglycémie, nous disposons de moins d’énergie. Voilà donc une raison de plus de bannir la consommation de soda pour vous ou vos enfants : en plus d’être nocif pour le corps, ils favorisent l’agressivité. Mais pourquoi ? Il y a plein de sucre me répondrez vous. Car il s’agit de sucre présent en quantité massive ( une canette de 33cl contient environ 7 carrés de sucre, soit 10 grammes) et qui est assimilé très rapidement (sucre rapide). Ainsi, la consommation de soda va entraîner un pic de concentration dans le sang. Le corps va alors chercher à réguler l’excès de sucre en sécrétant de l’insuline pouvant provoquer ce fameux épisode d’hypoglycémie

De nombreux autres exemples existent et sont d’ailleurs exploités par les publicitaires (neuro-marketing) afin d’influencer nos décisions. Ils peuvent légitimement nous amener à demander si nous vraiment libres ? A défaut d’apporter une réponse, connaître ces facteurs d’influences permet d’y être moins soumis.

 

Bibliographie:

Joule et Beauvois – Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens.

Cerveau et Psycho N° 61 Janvier-Février 2014

Cerveau et Psycho N° 87 Juin 2017 –  Comment notre ventre influe sur notre comportement

Mémoire et représentation : Le palais de la mémoire

Mémoire et représentation : Le palais de la mémoire

Mémoire et représentation : Le palais de la mémoire

Tout le monde a une bonne mémoire pourvu qu’on connaisse les bonnes techniques. Le palais de la mémoire permet de mémoriser durablement et facilement des idées dans l’ordre.

Vous pensez que vous n’avez pas une bonne mémoire ? Vous êtes étudiant ou professeur ? Vous avez souvent à prendre la parole ou êtes simplement curieux de découvrir un aspect intéressant du fonctionnement du cerveau et de la mémoire ? Alors vous serez intéressé par la méthode des Lieux, technique de mémorisation surprenante, amusante et surtout très puissante.

Lire la suite Lire la suite

Langues étrangères : retenir le vocabulaire avec des histoires

Langues étrangères : retenir le vocabulaire avec des histoires

Pour apprendre du vocabulaire d’une autre langue, créer des histoires imagées à partir de la sonorité des mots permet de les retenir plus facilement et rend l’apprentissage amusant.

 

Dans les articles précédents sur la mémorisation nous avons vu que notre mémoire était avide d’histoires et d’images. Dans l’article sur la mémorisation de nombre nous avions  vu comment créer une histoire imagée à partir d’une suite de nombres : au lieu de se souvenir du nombre 9534, à l’aide de correspondances entre son et chiffre on en était venu à créer l’image d’une poule dans une mare d’eau. Aujourd’hui, nous allons voir une stratégie similaire pour apprendre du vocabulaire d’une langue étrangère.

Lire la suite Lire la suite