Archives de
Mois : mars 2017

En ce printemps, laissez-vous surprendre

En ce printemps, laissez-vous surprendre

 

La surprise est une émotion fondamentale, elle nous donne accès au nouveau, au changement, en faisant jaillir le doute et l’incertitude.

La surprise stimule notre curiosité et notre intérêt, la vie tout à coup, à l’improviste, nous prend au dépourvu. La banalité, la routine s’estompent derrière l’étrange, l’inconnu et nous avons la sensation de vivre plus intensément.

Laissez-vous surprendre par quelque chose, chaque jour, la nature au printemps nous réserve des surprises visuelles – des bourgeons ou des petites feuilles  aux branches des arbres –  olfactives – le parfum des crocus ou des narcisses – sonores – le chant des oiseaux –tactiles – la douceur de l’air sur le visage –gustatives – le goût des nouveaux légumes de printemps.

Prenez le temps d’enregistrer ces stimuli sensoriels sans les étiqueter, considérez-les pour ce qu’ils sont non pour ce que vous pensez ; ainsi regardez un arbre, sans penser le mot arbre, sans laisser aucune connaissance préexistante pénétrer votre conscience.

Surprenez une personne, chaque jour, en lui posant une question que vous n’osiez jusqu’alors exprimer, en l’invitant dans un endroit que vous ne connaissez pas. Cherchez à étonner par une attitude ou un comportement qui ne vous est pas habituel, ne soyez pas, en cet instant et volontairement, prévisible.

Rompez avec vos habitudes, changez d’apparence…

Notez chaque jour ce qui vous a surpris et comment vous avez créé la surprise. Pour rendre ces expériences volontaires plus concrètes et plus durables, prenez le temps d’écrire la surprise du jour et votre acte le plus surprenant. Noter ces explorations les rend moins fugitives, les fixe dans votre mémoire. De plus, en relisant vos notes dans quelques semaines, vous découvrirez sans doute comme une lame de fond, une constante dans vos intérêts, qui vous indiquent quel domaine explorer encore, vers quelle voie vous diriger, pour enrichir votre vie.

La surprise libère notre énergie créative, nous verrons prochainement comment la protéger.

Comment être mieux dans ses baskets? #2 La gratitude

Comment être mieux dans ses baskets? #2 La gratitude

Il y a deux semaines, je vous parlais de l’ancrage comme un moyen d’être mieux dans ses baskets. Cette semaine pour le deuxième volet de la série, je souhaite vous parler de la gratitude. Idéale pour se sentir mieux dans son corps, dans sa tête et dans sa vie, elle aide à voir sa vie sous le meilleur angle.
Ce terme peut paraître surfait, mièvre ou “gnangnan”, mais vous verrez que l’appliquer sincèrement fait des miracles!

La gratitude, c’est quoi?

La gratitude consiste à se sentir reconnaissant pour ce que l’on a, ce que l’on vit, ce qui nous entoure. C’est adopter un regard plus positif sur sa vie, en se concentrant sur nos chances et non pas ce qu’il nous manque.

Il arrive à tout le monde d’avoir des moments de doute ou des difficultés, ils sont là, mais à côté il y a aussi tout plein de choses merveilleuses qui demandent à être remarquées. Cela peut être un beau paysage, un bon café, un repas entre amis ou juste le fait d’être en bonne santé avec un toit sur la tête.

Reconnaissant envers qui?

A qui ou ce que vous souhaitez! A vous-même, à votre famille, à la vie, à la nature, à ce en quoi vous croyez,…

Quels sont les bénéfices?

Les bénéfices notés lors d’études sur le sujet sont larges. Voici les principaux:

  • Une meilleure santé
  • Un meilleur sommeil
  • Une meilleure acceptation et estime de soi
  • Une meilleure relation aux autres
  • Plus de détermination
  • Plus de performance
  • Moins de risques de dépression
  • Moins de stress
  • Moins d’envie ou de comparaison aux autres

Et c’est un cercle vertueux! Plus on relève ce pourquoi nous ressentons de la gratitude, plus nous trouvons de raisons de ressentir cette gratitude.

Comment faire?

Voici quelques pistes pour commencer:

  • En prenant un instant pour vous recentrer et faire un inventaire de vos sources de joie
  • En prenant conscience des petits ou grands cadeaux que vous vivez ou en repensant à leur source
    ex: “c’est grâce à mon ami que j’ai rencontré mon mari”, ou “c’est en randonnée que j’ai rencontré mon futur employeur… quelle chance!”
  • En vous concentrant sur ce que vous avez déjà, pour se défaire de la course à la consommation de tout, ou de l’idée que l’herbe est plus verte ailleurs
  • En acceptant un don extérieur (une aide, un compliment,…) et être content de recevoir de l’autre

Exercice

Pendant au moins 21 jours (il est dit qu’une habitude s’installe durablement après 21 jours de pratique), le matin ou le soir, prenez 5 minutes pour écrire ce pourquoi vous ressentez de la gratitude!

Aujourd’hui, je ressens de la gratitude parce qu’il fait beau et cela me met de bonne humeur! 🙂

Et vous?

 

Sources

http://www.psychologies.com/Moi/Moi-et-les-autres/Relationnel/Articles-et-Dossiers/Dire-merci/La-gratitude-ca-fait-du-bien

http://www.psychologies.com/Moi/Se-connaitre/Comportement/Articles-et-Dossiers/Adoptez-la-gratitude-attitude

Emotion, mon amie … Exprime-toi !

Emotion, mon amie … Exprime-toi !

Au cœur de nos vies, l’expression ajustée de nos émotions est une compétence fondamentale qui favorise notre bien-être et notre aisance relationnelle, elle participe à ce que certains auteurs ont nommé  l’Intelligence Emotionnelle [i].

L’expression juste

Dans l’article de Chloé en décembre dernier, nous avons découvert que, pour « Trouver les bons mots pour le dire », il est utile et important de faire usage des principes de la Communication Non Violente :

  • décrire sans jugement ce qui déclenche l’émotion,
  • exprimer les ressentis réels authentiques et sincères, en privilégiant la formule ‘je me sens…’,
  • exprimer les besoins qui motivent les émotions,
  • proposer des solutions.

Pour vous familiariser à l’expression sincère de vos émotions commencez simplement par observer vos comportements ou vos automatismes dans les situations professionnelles ou personnelles qui engendrent des émotions chez vous.

Vous pouvez, dans un premier temps, répondre spontanément à ces questions :

  • Quelles émotions ai-je du mal à exprimer ?
  • Quelles sont celles dont j’aime témoigner ?
  • Quelles sont les émotions fréquemment vécues dans mon contexte familial ou amical ?
  • Avec qui puis-je parler en toute confiance lorsque je me sens moins bien ?

Pour continuer votre observation, passez maintenant à l’écriture…

… Et tenez un journal de bord des situations émotionnelles que vous vivez et prenez le temps de décrire :

  • Quel est le contexte, quels sont les faits qui déclenchent l’émotion ?
  • Que se passe-t-il en moi dans cette situation ? Quelles émotions me traversent concrètement et précisément – attention une émotion peut en cacher une autre !
  • Qu’est ce qui est important pour moi ? Quelles sont mes attentes ?

Beaucoup de recherches scientifiques attestent et étudient encore l’effet du travail d’écriture sur la clarification du vécu, sur le processus de résolution de problèmes, sur le discernement et le recul. [ii]

L’émotion  a une « vocation » à être communiquée

Selon les études du psychologue Bernard Rimé, quand une personne éprouve une émotion, elle la partage dans 80 % des cas au moins avec une personne, impliquée ou non, dans la situation émotionnelle.[iii] C’est pourquoi sans doute tant de “secrets” sont un jour finalement dévoilés !

Lorsque nous « racontons » nos émotions, nous tissons des liens avec ceux qui nous écoutent sincèrement ; nous leur donnons des informations qui leur offrent la possibilité :

  • d’anticiper ou de répondre à nos attentes,
  • de nous aider à reconsidérer la situation,
  • de nous fournir une aide concrète ou de nous conseiller.

Notre expression juste et sincère ouvre ainsi un espace de partage et de communication et favorise le développement et l’aisance des relations interpersonnelles.

Émotion, mon amie… Je te comprends… Exprime-toi !

 

[i] P. Salovey et J.D. Mayer, (1990),  ‘Emotionnal intelligence’, dans Imagination, Cognition and Personnality, 9, 185-211,

[ii] A.Piolat et R. Bannour, (2011), https://www.researchgate.net/publication/234115546_Les_effets_de_l’ecriture_expressive_sur_la_sante_physique_et_psychologique_des_redacteurs_un_bilan_des_perspectives_de_recherches

[iii] B. Rimé, (2005), Le partage social des émotions, Paris, PUF