Et si on se pardonnait maintenant?

Et si on se pardonnait maintenant?

article-forgive
Pourquoi pardonner à ceux qui nous ont blessé? Pourquoi leur faire ce cadeau alors qu’ils sont fautifs?… Et si je vous disais qu’en réalité le pardon est un cadeau que nous nous faisons. D’abord à nous même, puis à ceux qui nous entourent!

La notion de pardon est souvent une corde sensible chez chacun de nous et peut être interprétée de nombreuses façons. Ici, je souhaite écarter toute idée de pardon lié à la religion, la culpabilité ou le déni de souffrance. Ce n’est pas oublier, nier, ou excuser la souffrance vécue, mais plutôt comprendre pourquoi et comment c’est arrivé. Le pardon tel que je souhaite l’aborder est plus une libération, un lâcher-prise, de toutes les émotions que nous avons gardées enfouies suite à une blessure passée. Pardonner, à soi ou aux autres, pour retrouver la paix intérieure. C’est faire le ménage pour se laisser la place d’accueillir le meilleur.

I/ Les étapes clés du pardon
II/ Le pardon pour une meilleure santé
III/ Ho’oponopono, un outil qui fait du bien
IV/ Exercice pratique

Les étapes clés du pardon

Chacun prendra le temps dont il a besoin lors de ce cheminement, durant lequel deux étapes sont clés:

  • L’empathie
    Notre part de responsabilité est de comprendre ce qui nous a blessé ou celui qui nous as blessé, ainsi que de reconnaître ses faiblesses et les nôtres. Halimata Fofana, auteur de “Mariama l’écorchée vive” et victime d’excision à 5 ans dit: “On ne se définit pas par sa souffrance. On est bien plus grand que ce que l’on a pu subir. Il faut aussi se mettre à la place de l’autre. Ma mère a fait avec ce qu’elle avait à ce moment là, et parfois on ne peut pas demander plus aux autres. C’est reconnaître leurs limites.”
  • L’acceptation
    En effet, “tout ce à quoi on résiste, persiste”: plus on se focalise sur notre problème, plus celui-ci prend de l’importance dans notre vie et plus nous lui donnons notre pouvoir. Ce qui nous maintient dans une position de victime (1). Être à l’écoute des différentes émotions qui nous traversent, de celles qui sont à l’origine de la souffrance, et les accepter, sans jugement, c’est s’en libérer.
“Je décide de mon chemin, en acceptant de changer de regard sur ce qui m’est arrivé à défaut de pouvoir changer l’événement en lui-même.”(1)

Le pardon pour une meilleure santé

Plusieurs études montrent que le pardon peut avoir des influences palpables sur le corps et la santé. Une d’elles a notamment montré que le pardon facilite la guérison ainsi que l’estime de soi. Au contraire, le ressentiment et la haine, augmentent l’anxiété et le désespoir (2). Selon le Dr Philippe Rodet, médecin urgentiste et coach en entreprise, le ressentiment favorise également les maux de tête, les lombalgies ou les troubles digestifs. (3)

Le pardon encourage également une meilleure santé cardiovasculaire: des volontaires ont été mis en situation à la suite d’une agression. Les premiers imaginaient leur vengeance suite aux douleurs subies, et les seconds étaient invités à pardonner en voyant l’agresseur comme un être humain avec ses difficultés. Les mesures physiologiques ont montré que les émotions négatives et le ressentiment étaient corrélés à une élévation du rythme cardiaque et de la pression artérielle, alors qu’en état d’empathie, les symptômes des mêmes personnes se sont abaissés (4).

 

Ho’oponopono, un outil qui fait du bien

Un des outils que j’utilise personnellement est Ho’oponopono. C’est une méthode inspirée des tribus hawaiennes qui l’utilisaient pour apaiser les conflits et apporter la réconciliation au sein de la communauté (5). Autour de 1976, Morrnah Nalamaku Simeona a modernisé cet outil de pardon mutuel pour l’adapter au monde moderne. Elle proposa qu’il se pratique également seul, sans la présence des différentes parties. En effet, ce travail fait pour soi permet de libérer les tensions et de percevoir l’autre différemment et donc d’agir différemment en sa présence.

Selon les principes de base de la philosophie:

  • Tout ce qui nous entoure est un reflet de ce qui se passe en nous-même
  • Notre réalité est influencée par nos pensées et notre perception
  • Une pensée juste et harmonieuse créera une réalité juste et harmonieuse
  • La paix commence avec moi

Exercice pratique

Cet exercice peut s’appliquer à tout: une personne, une situation, ou vous-même. Prenez un instant pour vous remémorer une situation blessante, visualisez le décor ou la personne et répétez:

Je suis désolée
Je te demande pardon
Je te remercie
Je t’aime

Répétez le autant de fois que nécessaire. Même si vous ne le ressentez pas vraiment au début, votre inconscient lui, entend le message. La quantité d’angles sous lesquels percevoir cet événement s’élargit, en prenant du recul, petit à petit, la sensation de légèreté s’installe en vous.
Cet exercice peut se faire au moment du coucher, en repensant à votre journée, ou au réveil pour se libérer des attentes possibles face à un événement à venir.

 

Comme abordé lors des articles précédents, nos émotions sont contagieuses et conditionnent nos actes, nos pensées et nos paroles. Cette influence est également vraie en sens inverse! Alors autant utiliser le pardon comme un outil de bien-être, mais aussi de diffusion de l’amour et la compassion autour de nous! 🙂

Sources:

L’Express: Peut-on tout pardonner? (1)

Psychologie positive (2)

Top Santé: Le pardon, ça soigne aussi (3)

Granting forgiveness or harboring grudges de C.V.O. Witvliet et al., in Psychological Science, 2001 (4)

Ho’oponopono (5)

Réussir ma vie: Peut-on tout pardonner?

Olivier Clerc: Le don du pardon

NY mag: Ce que nous savons sur le pardon

Une réaction au sujet de « Et si on se pardonnait maintenant? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *