Archives de
Mois : octobre 2016

Attention et Lâcher-prise… Une association de bienfaiteurs !

Attention et Lâcher-prise… Une association de bienfaiteurs !

Le lâcher prise est au cœur des discours sur le développement personnel, associé à l’attention, il offre une  profondeur et une ouverture pour être mieux avec soi, mieux avec l’autre, mieux dans son environnement.

Si nous commencions par expérimenter simplement et directement cette alliance attention et lâcher prise en regardant cette image…

Cette image est un stéréogramme, voici la technique simple pour découvrir toutes ses facettes : approchez le visage de l’image (30-35 cm), portez votre attention sur un point au centre de l’image, longtemps, et laissez progressivement l’image se troubler en continuant de fixer le point. Le voyage commence, l’esprit se libère de l’image première, et part à la découverte d’autres contenus qui apparaissent en 3 dimensions (1) comme dans une profondeur d’espace nouvellement créée par vous.

Avec attention d’abord… En lâchant prise ensuite, en particulier en lâchant votre observation raisonnée, vous allez, au-delà des dessins, des couleurs et des formes représentées, découvrir de nouvelles images et d’autres perspectives… Donnez-vous du temps pour explorer cette nouvelle « vision ».

 

Cette alliance singulière entre attention et lâcher prise génère l’acceptation (2) au sens du mot latin accipere, « recevoir » qui nous place dans l’attitude d’ouverture active devant un événement ou une situation. Selon des chercheurs en psychologie (3), cette acceptation qu’ils qualifient d’ « expérientielle » nous permet d’être :

  • Envers nous-même, plus dans la sérénité et le consentement et moins dans la résistance, plus dans l’action, ouvert aux expériences nouvelles et moins dans le ressenti douloureux d’émotions négatives ;
  • Envers les autres, plus dans la compassion et moins dans le jugement négatif.

 

La prochaine fois que vous éprouverez un mauvais ressenti – cela peut être un agacement suite à une conversation avec votre collègue ou de la colère face à des incivilités – renoncez à vos stratégies de contrôle ou de protection du vécu désagréable et tentez l’expérience de l’acceptation.

Repérez toutes les sensations qui s’installent dans certaines parties de votre corps, dirigez toute votre attention sur celles qui vous gênent le plus et prenez tranquillement le temps de les observer. Voilà… Maintenant, respirez amplement. Sentez l’air que vous inspirez se diriger particulièrement sur les zones inconfortables de votre corps, pour donner plus de place à vos sensations et les accueillir.

Toute l’énergie que vous dépensiez  pour éviter le malaise ou la douleur, vous pouvez la consacrer à nouveau vers ce qui compte pour vous.  

 

Sources:

(1) 5  montgolfières apparaissent…

(2) Pleine conscience et acceptation Les thérapies de la troisième vague, sous la direction d’Ilios Kotsou et Alexandre Heeren, de boeck, 2012

(3) Acceptance : An Historical and Conceptual Review. Imagination, Cognition, and Personality, Williams, J. C. & Lynn S.J., 2010

Le verre à moitié vide ou à moitié plein? Le pouvoir des mots

Le verre à moitié vide ou à moitié plein? Le pouvoir des mots

smily-coffee

Il y a quelques semaines j’écrivais sur les affirmations positives comme outil de changement en douceur. Que diriez-vous, cette semaine, de prêter attention aux mots qui vous traversent?

Être attentif aux pensées et aux mots que nous employons, nous permet de changer notre perception de nous-même ou de ce que nous vivons. Et donc, être acteur de notre bien-être.

Pour vous faire une idée:

  • Nous prononçons environ 16 000 mots par jour (1)
  • Nous produisons 60 000 pensées par jour
  • 95% de ces pensées sont identiques à celles de la veille
  • Et 80% sont négatives (2)

Imaginez! Que l’on voie le verre à moitié vide ou à moitié plein, ces mots entendus et pensés à longueur de journée, peuvent avoir un impact énorme sur notre inconscient et notre corps.

L’impact des mots sur la santé physique et mentale

Une étude américaine (3) a récemment indiqué que les mots positifs ou négatifs ont le pouvoir d’influencer les gènes qui régulent le stress physique et émotionnel dans notre corps. Les mots « négatifs », selon moi, sont des mots qui nous minimisent, nous dénigrent ou nous jugent sévèrement. A l’inverse, je considère les mots « positifs » comme des mots bienveillants qui nous encouragent et nous félicitent de façon constructive.

Voici les effets lorsque nous utilisons des mots négatifs:

  • Diffusion des hormones du stress (cortisol, adrénaline, ocytocine,…) dans notre système
  • Obstruction au bon fonctionnement des centres logiques et de raisonnement
  • Développement d’émotions comme la suspicion et le doute
  • Émergence de problèmes de santé

La colère par exemple, entraîne une hausse de la pression sanguine, une augmentation du stress, de l’anxiété et des migraines. Un crise de colère de 5 minutes peut induire un tel niveau de stress que cela peut réduire l’activité du système immunitaire pour plus de 6h et mener vers des problèmes de santé plus importants tels que des crises cardiaques. (4)

« Le cerveau traite les mots comme les sensations physiques. Une insulte est ressentie de la même façon qu’une gifle.” Nouvel Inconscient, Lionel Naccache (5)

Voici les effets qui apparaissent lorsque nous utilisons des mots positifs:

  • Amélioration du fonctionnement du cerveau et des raisonnements
  • Stimulation de la motivation, transformation des intentions en actes
  • Perception du bon chez soi et les autres
  • Augmentation du sentiment de bonheur et de bien-être

De plus, les Hommes étant des êtres empathiques et les émotions étant contagieuses, l’impact sur ceux qui nous entourent est constant. Ainsi, nos relations aux autres peuvent également influencer notre santé physique et mentale: expression corporelle, posture, ton, vocabulaire et mentalité se synchronisent (4).

Alors que choisissez-vous?

Si vous souhaitez utiliser plus de positif, prenez un temps pour observer ces pensées et ces paroles qui vous traversent.

1-Evitez:
  • Ce qui vous dévalorise: “Je suis nulle”, “bête”, et autres
  • Ce qui vous minimise: “Je ne suis pas assez jolie”, “Je ne suis jamais écoutée”, “J’ai réalisé un petit projet”, « Je n’ai rien fait aujourd’hui »,…

Quel intérêt avez-vous à vous flageller? Cela vous rend-t-il meilleur?

2- Créez plutôt vos habitudes, vos rituels pour voir le verre à moitié plein!

Par exemple:

  • Pensez ou écrivez au moment du coucher vos 3 meilleurs moments de la journée (6)
  • Remplacez les phrases à éviter ci-dessus par des phrases positives (ex: Je suis intelligente, Je suis drôle, Je suis capable de tout faire,…)
  • Nommez au moins 5 qualités que vous possédez ou demandez à votre entourage quelles sont vos plus grandes qualités selon eux
  • Acceptez les compliments que l’on vous fait!
  • Félicitez-vous pour ce que vous avez pu réaliser, les grandes comme les petites choses
  • Créez un carnet de gratitude et listez régulièrement ce pour quoi vous êtes reconnaissant dans votre vie
  • Donnez au moins une chose chaque jour (un sourire, un mot, une pièce, un regard,…)

Cela vous permettra de voir le positif dans votre vie, d’éprouver davantage d’estime et de satisfaction personnelle.

« Sois attentif au mot, le verbe est créateur” Dialogue avec l’ange, Gitta Mallasz (7)
3- Usez d’autodérision et relativisez!

“La carte n’est pas le territoire”! La représentation que nous nous faisons de la réalité n’appartient qu’à nous. Elle n’est pas la restitution exacte de ce qui a pu arriver. Elle réside dans notre interprétation, filtrée par nos convictions, notre histoire personnelle, ou nos valeurs. Pour un même événement, il existe une multitude d’interprétations et de représentations possibles (8). Il s’agit donc de prendre du recul et voir ce qui nous arrive sous un autre angle!

Les mots ont le pouvoir de changer notre perception de la réalité, autant nous en servir pour créer ce qui nous fait du bien… 🙂

Sources:

(1) Le nombre de mots prononcés par jour

(2) Marci Shimoff, Heureux sans raison (2009) et  Le bonheur s’apprend (2011)

(3) Les mots restructurent le cerveau

(4) Les mots négatifs et la santé

(5) Lionel Naccache,  Nouvel Inconscient (2009)

(6) Florence Servan- Schreiber, 3 Kifs par jours (2014)

(7) Gitta Mallasz, Dialogue avec l’ange (1994)

(8) Anthony Robbins, Pouvoir illimité (2008)

Hypnose: L’Hallucination du Miroir

Hypnose: L’Hallucination du Miroir

Screenshot 2016-10-12 08.22.53.png

Que diriez-vous de laisser votre inconscient vous parler au travers d’un miroir? Surprise, étonnement et lâcher prise pour une découverte de soi au quotidien : )

Une étude récente publiée en 2015 a montré que fixer un certain temps votre propre regard dans un miroir modifie votre état de conscience[1] et permet d’expérimenter le phénomène « d’illusion de visage étrange »[2]. Lors de ce phénomène vous observez dans le miroir votre reflet se transformer. Cette métamorphose peut prendre plusieurs aspects. Par exemple, certains racontent avoir vu leur visage se transformer en animal. Si c’était le cas pour vous, quel animal penseriez-vous observer?

Je vous propose de vous guider dans ce phénomène d’autohypnose et de vivre une expérience enrichissante de découverte de soi.

Vidéo Tutoriel Youtube
par Dariu Trub

[1] Staring into someone eyes : http://www.psy-journal.com/article/S0165-1781(15)00321-2/abstract

[2] Strange face illusion : http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1053810012001924

L’attention embellit notre journée

L’attention embellit notre journée

blog-attention-09-grand

Etre pleinement conscient, totalement attentif au moment présent contribue à notre bien-être, et nous offre présence à soi–même et présence à l’autre.

Il est tellement aisé et fréquent de regarder sans voir, d’écouter sans entendre, de manger sans savourer…

Dans une recherche récente (1), des scientifiques ont demandé à des personnes de décrire brièvement ce qu’elles faisaient à différents moments de la journée. A chacun de ces moments précis, il leur était demandé également de noter comment elles se sentaient (plutôt bien ou plutôt mal) et si elles étaient attentives à l’activité ou si elles constataient au contraire que leur esprit était « ailleurs ». Les conclusions de ces chercheurs établissent clairement que le bien-être ressenti ne dépend pas seulement de l’activité accomplie, mais aussi de la présence ou non à ce qui est réalisé.

L’attention à vous-même, non par égoïsme ou nombrilisme, mais pour protéger et nourrir votre statue intérieure.

Etre attentif à vous-même cela signifie, simplement et justement, prendre conscience plusieurs fois dans votre journée, de ce que vous êtes en train de réaliser, de ressentir ou de penser.

Ainsi par exemple, au moment même où vous accomplissez un geste automatique ou quand vous répétez par habitude un comportement, donnez-vous ce temps de l’attention simple, pleine et bienveillante à la personne que vous êtes.

L’attention à votre bonjour

Demain votre bonjour sera différent, empli de votre présence pour l’autre. Lorsque vous saluerez votre ami ou votre voisin, prenez le temps d’observer avec attention votre attitude, votre voix, les mots employés. Soyez, ce faisant, à la fois celle/celui qui exprime le bonjour et celle/celui qui observe cette personne qui dit le bonjour, vous ; soyez simultanément actrice/acteur et spectatrice/spectateur de ce moment inaugural de la rencontre avec l’autre.

Après ces premiers pas, vous  pouvez poursuivre  et explorer cette nouvelle manière d’être, dans d’autres actes quotidiens que vous accomplissez d’ordinaire sans vraiment y penser, en mode automate.

Ressentez se déployer cette ‘attention sans résistance, libérée de tout effort’ (2)

… Et que votre journée soit embellie !

Et si vous souhaitez poursuivre sur ce chemin, découvrez les ouvrages de Jon Kabat-Zinn, docteur en biologie moléculaire et professeur de médecine, à l’origine  de la diffusion de la méditation en pleine conscience…

 

(1) Killingsworth M.A., Gilbert D.T., « A wandering mind is an unhappy mind », Science, 2010

(2) Krishnamurti « Le livre de la méditation et de la vie » Stock, 1997